Yule, la véritable histoire du Père Noël

Yule

 

Yule est célébré le 21 décembre, au solstice d’hiver qui est le jour le plus court de l’année et donc la nuit la plus longue.

 

Pour les Germains et les Nordiques :

Yule célèbre la commémoration de la mort du Roi de Houx tué par son successeur le Roi de Chêne, tous deux Dieux-Arbres. Autrefois, les festivités pouvaient durer de 12 à 21 jours afin d’accueillir et de célébrer le retour du Soleil et de la Lumière, de la Vie qui renaîtrait après la mort de la nature. Yule, qui porte différents noms, marque également le début de la nouvelle année pour la plupart des Nordiques et des Germains. A cet effet, chaque dimanche, on allume une nouvelle bougie de la couronne horizontale qui en porte 4. Ces bougies, le plus souvent rouges, peuvent varier selon les régions et symbolisent la renaissance de la lumière.

On se recueille sur l’année passée, on remercie pour celle-ci et l’année à venir en se réjouissant de la vie qui renaît à présent. Avec le retour de la lumière, on célèbre l’espoir qui renaît du désespoir et le triomphe de la vie. Comme chez les Celtes à Samain, les morts peuvent également fouler la terre des vivants, alors on se recueille et honore nos ancêtres.

 

 

Pour les Celtes :

Le Solstice est la fête du Roi Arthur, car il est Ours symbole du Roi des Celtes. Son rôle est de distribuer sur Terre tous les dons de la Déesse en faisant la répartition des nourritures matérielles et spirituelles. Si, il est un bon Roi, il est celui qui distribue les biens, celui qui est aimé de la Déesse, qui à accès à ces richesses et les donne aux hommes.

Les Druides font des offrandes au jeune enfant et à la mère en fêtant le Soleil renaissant. Pour la naissance du Soleil, on allume un petit feu afin d’honorer le jeune Soleil puis pour symboliser sa fragilité, on jette les offrandes dans le feu. Fécondé dans le ventre maternel, le feu de la terre, le petit Soleil est parvenu à maturité. Il naît au solstice d’hiver. Il est le fils de la Déesse, le Roi Soleil porte avec lui toutes les promesses de l’année qui coule.

 

Dans toutes les régions a lieu des Offrandes spécifiques à Yule, selon les endroits :

On boit une préparation spéciale à cette célébration.

On brûle une bûche sur laquelle sont gravés préalablement des formules runiques de protection puis on garde les cendres dans un endroit sacré afin d’être protégé toute l’année.

Un sapin est décoré de statuettes de dieux, de fruits, d’épices, de tissus, de gui afin de remercier pour le retour de la vie et inviter les esprits de la nature à revenir au printemps.

On brûle de grandes roues du temps, que l’on fait rouler le long des pentes pour symboliser la course du Soleil.

 

Comme vous pouvez le constater, Noël reprend pour beaucoup les symboles anciens de Yule, toutes régions confondues. Le christianisme à juste repris certains d’entre eux en les adaptant à sa manière pour célébrer en date hypothétique du 25 décembre l’anniversaire de la naissance de Jésus, sa naissance n’est, en aucun cas, ici remise en cause, mais juste la date réelle de celle-ci.

Voilà donc en quelques lignes l’histoire de Yule du temps où les croyances anciennes célébraient les divinités de la Nature et la Nature elle-même. De nos jours, nous avons totalement perdu de vue « l’esssence-ciel » de cette tradition en profitant de la période pour consommer et manger à outrance sans aucun sens.

Si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur l’origine de notre Noël, je vous invite à faire vos recherches et pourquoi pas en profiter pour revoir votre vision de ce qui est important ce soir-là.

 

Je vous souhaite un magnifique solstice d’hiver, profitez de cette soirée pour réfléchir sur l’année qui vient de s’écouler, pour remercier pour celle-ci et pour celle à venir.

Que la lumière renaissante vous apporte joie et gratitude.

Joyeux Yule à tous !

 

Crédit image , domaine public : ‘Alfred Crowquill’ (Alfred Henry Forrester 1804-1872)