Petit manuel à l’usage des huiles essentielles

Illustration noir et blanc d'un livre ouvert d'ou sort des flacons d'huiles essentielles

 

L’aromathérapie de la famille de la phytothérapie fait partie des médecines dites douces. Puissantes et efficaces, les huiles essentielles n’ont en fait rien de doux et sont à manier selon certains usages bien précis, avec précautions et responsabilité.

Voici les choses à savoir pour choisir une huile essentielle de qualité, bonne pour votre santé et comment la conserver pour quelle garde ses propriétés et son efficacité le plus longtemps possible :

– 100% Bio.

– 100% pure.

– 100% intégrale : Cela veut dire que le distillation est complète.

– Son chémotype ( CT ou HECT) doit être précisé, le chémotype est le composant biochimique de l’huile essentielle.

– Son nom botanique, c’est a dire son nom latin doit apparaître sur la boite ou le flacon (ou les deux).

– La partie distillée doit être précisée: Feuilles, fleurs, écorces…

On trouve de très bonnes huiles essentielles dans le commerce, si cela est possible comme pour le reste, préférer se les procurer à la source c’est a dire chez un récoltant/fabricant ou juste fabricant direct.

Et pour le choix entre deux huiles qui peuvent avoir les mêmes propriétés, pourquoi celle-ci plutôt qu’une autre ? Après avoir vérifié les contre-indications et interactions possibles avec d’autres plantes ou traitement médicamenteux, ici encore, écoutez vous, mis à part le goût pour une plante plus qu’une autre, votre intuition sera de très bon conseil.

D’une manière générale pas d’usage d’huiles essentielles pour les femmes enceintes jusqu’au troisième mois de grossesse ensuite éventuellement mais avec beaucoup de précautions. Pour les enfants pas d’utilisations avant l’âge de 3 ans et avec vigilance jusqu’à 6 ans minimum. En cas de cancers, maladies auto-immunes et du système nerveux et autres pathologies voir avec son médecin.

 

Test avant application d’une huile essentielle jamais utilisée

Test pli du coude : Dans le creux de votre main, diluez une goutte d’huile essentielle dans une goutte d’huile végétale de votre choix. Appliquez ce mélange à l’intérieur du coude (à cet endroit la peau est fine). Attendre 48h.

Vous constatez une réaction cutanée rapide voir immédiate : La réaction cutané peut être assez rapide et se présente le plus souvent sous forme de rougeurs, de sensation de brûlure ou d’irritation sur la zone ou vous l’avez appliqué. Elle témoigne d’une incompatibilité certaine avec l’huile testée et il est conseillé d’éviter de l’utiliser même si cela ne présente pas une réelle allergie.

Vous constatez une réaction plus tardive : L’allergie elle se manifeste sous 24h à 48h par éruption cutanée, démangeaisons, gonflement (œdème) car contrairement à une réaction cutanée cela peut se déclencher aussi bien sur la zone testée qu’étendue à d’autres zones. Évidement, dans ce cas l’utilisation de l’huile est totalement à proscrire.

Enfin, lorsque l’on est pas allergique à une huile essentielle on peut très bien le devenir, on appelle cela la sensibilisation. L’utilisation d’une huile essentielle sur le long terme, à plus forte raison quand elle est utilisée pure ou en traitement de fond peut rendre allergique, c’est pourquoi lorsque l’on utilise une huile en traitement de fond il est nécessaire d’appliquer des fenêtre thérapeutiques.

Exemple de fenêtre thérapeutique : Application pendant 8 à 10 jours, arrêt de deux jours et on reprends 8 jours etc… et surtout quand on en a pas besoin, on s’en passe. Le plus souvent la sensibilisation à une huile essentielle est irréversible et peut même déclencher d’autre réactions allergique d’autre terrains totalement différents comme une sensibilisation au pollen pour ne citer que cela.

 

Pourquoi mélanger plusieurs huiles essentielles ?

Le mélange de plusieurs huiles essentielles s’appelle une synergie. Dans une synergie une huile permet à une autre huile qu’elle accompagne, d’augmenter le pouvoir de son principe actif, c’est pourquoi dans certaines synergies on peut trouver deux huiles qui ont des propriétés très proches.  L’ intérêt de mélanger plusieurs huiles essentielles est donc d’obtenir un résultat plus puissant. L’huile végétale ou le macérat utilisé à aussi son importance, elle/il ne fait pas que diluer, mais participe activement à l’action voulue.

Belle définition que celle du mot, « SYNERGIE », qui nous rappelle encore une fois que la nature nous ouvre la voie vers l’unité :
«… La synergie est un type de phénomène par lequel plusieurs facteurs agissant en commun, ensemble créent un effet global ; un effet synergique distinct de tout ce qui aurait pu se produire s’ils avaient opéré isolément, que ce soit chacun de son côté ou tous réunis mais œuvrant indépendamment. Il y a donc l’idée d’une coopération créative. Le terme possède ainsi couramment une connotation positive, et il est utilisé pour désigner un résultat plus favorable lorsque plusieurs éléments d’un système ou d’une organisation agissent de concert. Plus prosaïquement, il y a synergie positive quand « le résultat d’une action commune est créateur ou autrement meilleur que la somme attendue des résultats individuels des parties …»
https://fr.wikipedia.org/wiki/Synergie#Physiologie

Selon les cas, une synergie n’est pas nécessaire et l’usage d’une huile seule est tout à fait suffisant.

 

Bien conserver les conserver

Comment :

– Dans un flacon opaque ou de couleur (brun ou bleu foncé) pour les protéger des U.V.
– A l’abri de la lumière et de la chaleur car elles dénature les huiles essentielles.
– Un flacon bien fermé car les huiles essentielles sont volatiles.

Combien de temps ? :

– Pour les huiles de la famille des agrumes (Bergamote, Citron, Mandarine,…) : 3 ans.
– Pour les huiles dites « lourdes » (Giroflier, Cannelle, …) : + de 10 ans.

– Les autres huiles : 5 ans.

Pour les synergies, on peut conserver le mélange de 6 mois à 1 an dans le bas du réfrigérateur. On peut aussi y ajouter quelques gouttes de vitamine E qui est un très bon conservateur naturel.

 

D’une manière générale pas d’huiles essentielles pour les femmes enceintes jusqu’au troisième ou cinquième mois de grossesse (selon les huiles) ensuite éventuellement mais avec beaucoup de précautions. Pour les enfants pas d’utilisations avant l’age de 3 ans et avec vigilance jusqu’à 6 ans minimum. En cas de cancers, maladies auto-immunes, du système nerveux et autres pathologies diagnostiquées par un médecin demander un avis avant usage.